Adrien Tomaz, photographe en série

Ex-infirmier en psychiatrie désormais photographe en série. Rien d’inquiétant à signaler. Démarche artistique de grande qualité. Exposé dans quelques galeries en amateur avant de se lancer dans le métier. A toujours eu envie d’intégrer de la pensée par le biais des images. Les artistes conceptuels américains lui indiqueront la voie à suivre. Il faut conceptualiser ! Un mot, un titre, une phrase, intégrés au sein même de l’œuvre, voilà la solution ! Attacher le texte à l’image, les ligoter.

Son travail naît d’une fascination pour d’étranges contrées : le Japon, le Cher et l’Essonne. 0,0000000000000018 années-lumière est une vision à mi-chemin entre Faites entrer l’accusé et Lost Highway. Imaginez une route déserte la nuit, fards de voiture allumés, avec des traces d’ovni à semer. Vous l’avez !

Photographie d'Adrien Tomaz, 2014

Série “0,0000000000000018 années-lumière”, 2014 © Adrien Tomaz

Texte d'Adrien Tomaz, 2014

Série “0,0000000000000018 années-lumière”, 2014 © Adrien Tomaz

Transmissions est une rencontre avec un poste de télévision. Dans un motel japonais, les infos passent en continu sur une chaîne câblée. Pour le commun des Français, impossible de comprendre le moindre sujet. Adrien Tomaz mitraille la TV et recadre l’image sur la bouche du présentateur. La mimique du journaliste est bouleversante, elle suggère tout ce que l’information ne dit plus. L’image est décontextualisée, le message anéanti. Bien joué.

Que cherche-t-il à faire ? L’idée est d’explorer le lien entre mot et image. Pour cela, il intègre le premier dans le second. Chaque série photo contient des phrases qui aident/brouillent la compréhension de l’œuvre. Le but est de titiller le spectateur et de bousculer son regard. En jouant avec le texte, on conceptualise la photo, on force à une autre perception, plus lente et moins certaine. On dévie : l’image renvoie à une réflexion sur le langage. Etonnant pour un photographe ! La façon de communiquer et de nommer l’obsède. Il faut trouver ce qui nous fait comprendre une image. Laissons de côté les associations et les codes de composition, comparaisons et autres stéréotypes emmagasinés. Concentrons-nous sur l’origine. Au commencement, il y avait le mot, la volonté de créer. Adrien Tomaz exploite cette dimension. Il réfléchit d’abord aux mots pour créer ensuite des images.

“Cent vérités absolues”, 2014 © Adrien Tomaz

“Cent vérités absolues”, 2014 © Adrien Tomaz

Les petites phrases du quotidien, il les détourne pour en faire des vérités absolues. En vente par lot de cent aux éditions Dulcinée*. Ce livre tourne en dérision les conversations entendues au café, sous le pas de la porte, dans une réalité souvent figée et aboutie. Peut-on remettre en cause ce que mon voisin me dit sous peine de créer un petit conflit ? Vous le saurez en feuilletant l’ouvrage. Déroutant.


Cent vérités absolues, Adrien Tomaz, éd. Dulcinée, 226 pages, 18, 00 €

Repères :
Né en 1986.
Diplôme d’infirmier et travail uniquement en psychiatrie pendant plusieurs années.
2013-2014 : formation de photographie au Centre Iris. Cours théoriques des Beaux-Arts de Paris en parallèle.
Co-fondateur des éditions Dulcinée.