Pierre Pierre, un schizophrène en liberté

Comment définir Pierre Pierre ? Un duo gagnant, comprenez un jeune tandem prometteur. Installés à Pantin, les deux Lyonnais (Florent Pierre et Pierre Pautler) m’ouvrent leur porte et se livrent sans contrainte à l’introspection.

La plupart des jeunes graphistes enchaînent les stages ou les CDD. Certains se plient en agence pour des pubs Heineken. Pierre Pierre opte pour l’astuce et la débrouillardise. En dehors de leur mi-temps respectif, ils consacrent toute leur énergie à travailler ensemble pour produire des objets (catalogues, livres, flyers, affiche etc.). Pierre s’occupe de la typo/lettrine/mise en page et Florent complète par l’image. Ils jonglent en permanence avec leurs compétences. Une Pierre deux coups !

Savant mélange de deux designers indépendants qui marchent par l’exemple. L’apprentissage – Beaux-Arts, stages, collabs – les aide à se construire, s’identifier et se démarquer. Ces lucky guys ont en effet travaillé très tôt avec leurs idoles. L’occasion de comprendre et d’analyser la réalité du métier. Selon eux, le designer moderne est tiraillé entre son savoir-faire technique et son élan artistique. Que faire ? Choisir au cas par cas. Ainsi s’estompent les frontières entre les domaines.

Cette tension, ce tiraillement, Pierre Pierre en a fait sa force. Il se définit à partir d’un équilibre instable, partagé entre deux visions, deux identités en constante mutation. C’est un personnage à deux têtes. Une sorte de schizophrène en liberté.

La démarche artistique et narrative qui les caractérise en dit bien assez pour s’épargner toute stratégie de communication. Leur identité réside dans le fondement même de leur alliance, pas dans un logo en pleine promo. Prendre le temps de la réflexion et se remettre en cause. That is Pierre Pierre. Tel un phénix, il renaît de ses doutes. Il s’en dégage une fraîcheur sympathique, inerte à toute prétention. Ajoutez à cela une sincérité infaillible et un bon pied à l’étrier. In Pierre Pierre we trust !